Mortemobire GARAUD.NET
   
  Sulder Magazine 44 (Hiver 2015) ***Complet***
 Section Sulder (RDS) La magie
La magie
Une des prochaines briques qui sera développé pour le jeu : la magie.


Il n’y a aucune date pour le moment de prévu. La magie pourrait voir ses prémices d’ici deux mois, comme dans deux ans. Mais elle fera partie du jeu.


Une modélisation passionnante de mon point de vue, mais j’espère également qu’elle donnera aux joueurs une nouvelle perspective. De nouveaux défis qu’ils auront à cœur de relever.


La magie, dans l’univers de Sulder, représente la capacité à un personnage de donner une existence à une image. Pour bouger un objet, il faut créer l’image de l’objet en mouvement, puis parvenir à transférer cette image vers le monde réel en usant de sa réserve de magie.


Dès qu’il n’y a plus de réserve, la magie n’est plus possible. Les images de la magie sont stockées dans des grimoires. Un lanceur de sort ne retient aucune image, ni ne les inventes, il va les lire dans son grimoire. Son esprit adopte l’usage générique du sort à la situation actuelle.


Chaque fois qu’une image est utilisée depuis un grimoire, la page s’use. Jusqu’à éventuellement disparaitre si la dernière image de la page est consommée.


Un des travails des tours de magie est de dupliquer les images des grimoires. Agir pour qu’une image d’un grimoire sont utilisés pour créer deux images dans le grimoire.


Ce sera là le début de la modélisation de la magie. Quelques sorts prédéfinis serviront de base. Les sorts seront utilisables dans plusieurs scénarios. Mais également intégré au système de résolution de combat. Avec comme principe qu’à chaque utilisation d’un sortilège sa quantité stockée dans le grimoire sont réduite de 1.


En parallèle le métier d’archiviste (pour les joueurs et les non joueurs) sera instauré. Le métier va permettre d’augmenter le nombre d’image de sortilège présent dans un grimoire. Ainsi que de copier de nouveau sortilège tant qu’il y a une page libre dans le grimoire. La création des grimoires sera elle confiée aux imprimeurs (qui posséderont des compétences de magie). Les pnjs pourront également être des imprimeurs, il y aura toujours une possibilité de produire les grimoires en passant par les pnjs.


L’espèce a aussi de l’importance dans la magie. Une image interprétée par un elfe n’est pas la même que pour un nain ou un humain ou encore un lézard.


Donc même s’il s’agit de même sortilège au final la création de son image peut varier en fonction de l’espèce.


Chaque espèce est associée à une couleur de magie. Blanche pour les humains, vertes pour les arklins, grise pour les elfes, orange pour les nains, jaune pour les lézards.


Il existe de nombreux sortilèges qui ne sont liés à une seule couleur de magie. Pour débuter l’intégration de la magie, ne seront mis en place qu’un tronc commun de sortilège qui sont disponible pour toutes les couleurs de magie. Même si leur coût de mise en place dans un grimoire sera différent suivant l’espèce.


Ci-après la définition des 6 premiers sortilèges qui sont prévus. Attention, il n’y a rien de définitif, les sortilèges peuvent changer.


image


image


image


image


image


image


image

Retour
Retour Sulder Magazine 44

Conception et réalisation par Bertrand Garaud 2000-2020